Vente Ciblée défend une vision de la communication commerciale basée sur des ancrages locaux, pour parler à ses clients et en trouver de nouveaux. Son président et fondateur, Thierry Guarnoni, nous en parle.

Quels sont les services et les expertises de Vente Ciblée ?

 

Vente Ciblée accompagne par sa méthode, les points de vente qui souhaitent gagner des parts de marchés locales, que ce soit dans l’automobile, la grande distribution, l’habitat, le mobilier, ou encore la restauration. Nous intervenons pour fidéliser et conquérir de façon personnalisée. Nous orchestrons un plan de communication multicanal élégant et efficace, par courrier, email, SMS, message vocal et appel. Pour la conquête, nous utilisons les mêmes canaux sur des fichiers loués ainsi que les réseaux sociaux et des display premium. Nous avons construit en quinze ans un laboratoire d’expériences sur une trentaine de métiers, partout en France.

Quels sont les défis à prendre en compte dans la communication commerciale locale ?

 

Le défi pour le commerce sera de garder un cap de valeur ajoutée magasin et éviter une digitalisation à outrance. La croissance du e-commerce se nourrit fortement d’achats effectués auprès de points de vente physiques de proximité (drive, clic & collect, livraison de repas…) mais la digitalisation ne suffira pas à sauver le magasin physique. Une vague de fond contraire vient de l’attrait pour l’occasion, l’échange entre particuliers et la consommation collaborative.

Le deuxième épouvantail, c’est la crise économique, l’inflation et le pouvoir d’achat, car la consommation française a surtout un gros problème de vouloir d’achat. Le tiers des Français qui détient 70 % du potentiel de consommation par ses revenus et/ou son patrimoine, au lieu de consommer, préfère épargner. Pour cette clientèle, il y a une perte de sens dans la consommation. La communication commerciale qui ne parle que de prix participe à faire fuir la clientèle qui aimerait plus de service, plus de professionnalisme, plus de relation client humaine et personnalisée et des points de vente réinventés.

Quelle sera l’évolution de la communication commerciale locale ?

 

Le marketing local du magasin reposera toujours, sur son concept, son emplacement et sur les ressources humaines, la communication commerciale locale doit être un gros booster mais aucune école ne l’enseigne. L’arrêt des prospectus sera une aubaine car le prospectus est simplement né d’un arrangement entre fournisseurs et acheteurs centraux pour diffuser plus vite les produits en magasin. L’offre prospectus centralisée n’est que le plus petit dénominateur commun national d’une enseigne alors que le magasin devra toujours plus, mettre en avant ses spécificités locales pour mener sa guérilla concurrentielle. Les réseaux de franchisés s’insurgent contre la communication locale du siège lorsque celle-ci manque de méthode. L’enjeu et la complexité sont tels que des directions marketing en pleine remise en cause nous consultent pour outsourcer leur marketing local et reprendre leurs équipes.